mercredi 30 décembre 2009

Reproduction et accouplement chez les perruches

mercredi 30 décembre 2009
0 commentaires



L'accouplement perruches

La femelle séduite blottie contre le mâle excité comme jamais, se "cambre", renversant la tête en arrière, et dressant la queue. Le mâle troublé, bécote la femelle, la caresse ou lui grattouille la nuque tout en montant sur sa croupe. S'accrochant aux plumes de la femelle à l'aide de ses griffes, il l'entoure de ses ailes. Il "danse", acrobatiquement, de manière à ce que leurs cloaques se touchent permettant le passage du sperme mâle.

Avant l'accouplement il faut savoir:


Nos oiseaux s'aiment-ils ?



Avons-nous un mâle et une femelle ?

-Est-ce qu'ils s'entendent bien ?

-Ils se caressent, l'un lave l'autre et réciproquement (gratter la tête par exemple)
-Ils se bécotent, encore mieux, le mâle donne la becquée

-Le mâle est excité, saute de barreaux en barreaux, suit la femelle où qu'elle aille (c'est un signe de parade amoureuse



Si tous ces éléments sont réunis, une nichée est alors possible !

Déclaration amoureuse, parade nuptiale de perruches

-Le mâle s'approche plus souvent de la femelle, lui tapote le bec

-Elle ne l'évite pas et accepte la becquée

-Il essaie de marcher sur la queue de la femelle qui l'en empêche en se retournant et en criant, mais sans être agressive

-Le mâle tente de l'impressionner. Il s'excite sur les objets présents, sautille partout. Il pose une patte sur le dos de sa chèrie ; il lui parle sans arrêt, les plumes du front hérissées ; ses pupilles se rétrécissent ne formant qu'un petit point noir.





La couvaison de perruches
Le nid de perruches

Dans les magasins spécialisés, on trouve des nids conçus pour nos oiseaux, sous forme de "boîtes" en bois, verticales ou horizontales, à placer dans la cage. Elles comportent une ouverture en façade avec un perchoir, et ce qui est très important, il doit y avoir un toit amovible afin de pouvoir surveiller la nichée. Certains nids horizontaux possèdent une antichambre permettant à la femelle de ne pas tomber lorsqu'elle y entre. Les perruches n'ont pas besoin de matériaux particuliers pour leur nid, mais on peut toutefois leur mettre de la sciure sur le sol, ce qui permettra de garder un degrés d'humidité convenable pour les œufs.



Installation dans la nouvelle maison de perruches

Les oiseaux sont méfiants à l'arrivée de cette boîte mais petit à petit, la curiosité l'emportant, la femelle va s'en approcher prudemment, regarder par l'ouverture pour finalement y entrer. Elle retourne dans cet endroit, élargissant l'ouverture à l'aide de son bec, elle creuse éventuellement le font de la boîte. Elle reste de plus en plus dans le nid, refusant l'accès aux mâle qui la nourrit.
(Remarque :Si l'accouplement n'a pas eu lieu avant la mise en place du nid, il aura probablement lieu peu de temps après)




La ponte perruches

Lorsque la femelle passe la nuit dans le nid, cela est bon signe. Parfois, avant la ponte, une jeune femelle maigrit et écarte les ailes tout tremblante. Ses excréments sont mous et plus fréquents. La cire est plus claire et plus lisse. Le premier œuf est pondu environ 8 jours après l'accouplement. La femelle se met de suite à le couver. Elle pondra un autre œuf tous les 2 jours, jusqu'à ce qu'il y ait environ 5 ou 6 œufs.

Un œuf de perruche ondulée est rond et blanc, et ne pèse que 2g, tout comme le poussin qui en sortira.

La femelle ne quitte son nid que trois à quatre fois par jour rien que pour se soulager, son mari la nourrissant. Elle surveille les alentours, passant sa tête par l'ouverture, à l'affût des moindres bruits.



L'incubation de perruches

Elle dure de 19 à 23 jours en moyenne, et seule la femelle s'en charge ; d'ailleurs elle supporte très mal la présence de son compagnon dans le nid. Elle retourne les œufs régulièrement pour le bon développement de l'embryon.
Important :

que le mâle soit présent près du nid

qu'il n'y ait pas trop de bruit ni d'agitation (elle pourrait tout abandonner)

surveiller le bon déroulement de la nichée

vérifier, lors d'une absence de la femelle, si tous les œufs ont été fécondés : prendre délicatement l'œuf entre le pouce et l'index et regarder près d'une lampe : si une tache sombre apparaît, l'œuf est fécondé. Si des œufs ne sont pas fécondés, les enlever à condition qu'il y ait plus de 4 œufs dans la ponte.

ne pas essuyer ni laver les œufs souillés

veiller à ce qu'il y ait un taux d'humidité assez élevé à l'approche de l'éclosion. Humidifier la sciure si ce n'est pas le cas



Les perruchons
L'éclosion et la nutrition de perruchons

A la naissance, les perruchons sont entièrement nus, (n'ont aucun duvet comme les canaris ou les poussins) et ont les yeux fermés. Ils sont alors très sensibles au froid et très fragiles : il faut donc éviter de les manipuler, ce qui d'ailleurs ne plairait pas à leur mère. Seule la femelle se charge d'alimenter les petits, le mâle n'interviendra qu'au sevrage.

A peine nés, les petits se renversent sur le dos pour prendre la becquée de leur mère en picorant doucement du bec. Un peu plus grands, ils pourront tourner la tête pour prendre leur nourriture.

La femelle alimente les nouveaux-nés au moyen d'une sécrétion produite par leur gorge, que l'on nomme "lait de perroquet". Elle prédigère les aliments des plus âgés. Elle commence donc sa béquée avec le plus jeune qui reçoit le lait plus liquide que le reste adapté à son appareil digestif jusqu'à ce qu'il soit rassasié, puis ainsi de suite, les plus grands ayant une alimentation plus solide constituée des aliments prédigérés.



Sevrage perruchon

La croissance des perruchons est très rapide.

Les premières plumes apparaissent à 2-3jours.

Les yeux s'ouvrent à 8 jours.

Le plumage est presque complet en 2-3 semaines, excepté celui de la queue qui reste courte ; mais il se précisera au fil des jours, voire de quelques semaines.

A l'âge de 4 semaines, les petits tentent de sortir de leur nid, pour voir le monde extérieur. Mais cela s'avère parfois difficile (j'en connais un tout particulièrement..). D'autant plus qu'ils ne peuvent pas encore s'alimenter tout seuls, malgré leur volonté d'être indépendants. Pendant quelques temps, ils continuent de dormir dans le nid, et se font nourrir par leur père.

Mais très vite ils laissent le nid pour mener une vie d'adulte. Ils doivent alors chercher leur nourriture, apprendre à éplucher les graines... On peut les aider en dispersant des graines au font de la cage, ou en en mettant dans une coupelle.

La femelle, pendant ce temps là, pense déjà à sa prochaine couvée ; on peut alors remplacer le nid par un neuf lorsque tous les petits sont sortis. Mais ne pas laisser faire plus de 2 nichées à la suite, c'est trop fatigant pour la femelle (et pour les propriétaires !)
Lorsque les perruchons ont 6 semaines, on peut alors les séparer de leurs parents et les mettre dans une grande cage pour qu'ils puissent faire leur vie à leur tour.




La vie reproductrice des perruches



Maturité sexuelle 10 à 12 mois
Accouplement Au printemps mais possible en hiver
Ponte Une semaine après l'accouplement
tous les 2 jours
l'après-midi
Nombre d'œufs varie de 2 à 12,
la normale étant de 5-6
Durée de la couvaison de 19 à 23 jours
A la naissance Sans plumes, les yeux fermés
Les premières plumes A 3 ou 4 jours
Ouverture des yeux à 8 jours
Plumage presque complet 2-3 semaines
Premières sorties du nid à 4 semaines
Sevrage à 6 semaines
Vie reproductive à 6 ou 7 mois

D'apres : http://www.encyclo123.com/index.php?news=1062

read more

mardi 29 décembre 2009

Accouplement et ponte canaris

mardi 29 décembre 2009
2 commentaires





BONJOUR , aujourd'hui je vais vous parler de la ponte des canaris ;
Date :
le moment idéal pour former les couples à condition d’être à l’intérieur c'est a partir de mi-février, car en volière extérieure bien exposée, il faudra attendre le mois d'avril ou le mois de mai (peut être avancée grâce à la lumière artificielle) afin de ne pas exposer les jeunes. utiliser une cage séparée en deux par une grille, le mâle d'un côté, la femelle de l'autre et une fois qu'ils ont fait connaissance les mettre ensemble.
Nid :
Le nid doit être bien attaché en extérieur ou placé suffisamment haut dans la cage afin de ne pas servir de perchoir et ne pas être souillé. Après avoir acheté un nid en préfabriqué, il faut ajouter des matériaux qui sont principalement : de la laine et du foin séché. Éviter les fils fin pour que l’oiseau ne se prenne pas dans les pattes et éviter les cotons (trop difficiles à travailler) . Il ne faut jamais perturber les parents pendant la période l’élevage, sinon la femelle abandonnera ses petits.
Ponte :
La femelle pond un œuf par jour en général le matin jusqu’à avoir atteint 3, 4 ou 5 œufs. La femelle commence généralement à couver une fois le 3 ème œuf pondu, mais parfois dès le premier. Il est important d’assurer une température de 20°C et une humidité de l’air suffisante (mettre de l’eau près du chauffage de la pièce si on utilise un). On peut lui couper les ongles si ils sont pointus afin de ne pas briser l’œuf (attention à la veine, si elle est coupée, il y a saignement). La femelle couve les œufs durant 13 jours. Truc pour vérifier si l’œuf a été fécondé : le regarder au sixième jour devant une ampoule électrique, si l’œuf est sombre c’est qu’il y a un embryon et donc que celui-ci est fécondé. Il est déconseiller de toucher le couple ou vérifier la fécondation des œufs pour les personnes qu'ils n'ont pas l'habitude de faire ces actes .
Nourissage :
La meilleure solution est d’utiliser une pâtée d’élevage qu’il faut changer tous les jours , ou on peut aussi leur donner des œufs de poule cuit entières dans l'eau bouillante ( couper entier sans enlever la coq ) , des laitue ext...
Sevrage :
Vers la troisième semaine, les jeunes quittent le nid.
Il est conseiller de retirer les jeunes lorsque leur queue atteint 2 cm c'est-à-dire vers le 30 ème jour( la femelle peut pondre encore un fois ). On peut les mettre avec un ou deux mâles pour terminer leur apprentissage.

read more

mercredi 23 décembre 2009

le perroquet le plus fort au monde

mercredi 23 décembre 2009
1 commentaires
video

read more

samedi 12 décembre 2009

fotos canaris

samedi 12 décembre 2009
0 commentaires





read more

vendredi 4 décembre 2009

A l'honneure de notre amie ZEZET

vendredi 4 décembre 2009
3 commentaires




J'AI ajouter cet article a l'honneure de notre amie ZEZET , J'espert que ca va vous plaire ,


Classement des chevaux selon la Fédération équestre internationale

* Cheval de selle désigne les animaux destinés à être montés.
* Cheval de trait désigne les animaux destinés à la traction.
* Poney désigne tout cheval dont la hauteur au garrot est strictement inférieure ou égale à 1,48 m non ferré.

Compléments

Au classement établi par la Fédération équestre internationale, il convient d'ajouter :

* Cheval à sang chaud pour les animaux vifs et proches du sang (Pur-sang anglais et Pur-sang arabe). Ils sont généralement utilisés pour la compétition sportive.
* Cheval à sang froid pour les animaux calmes, plutôt destiné à la randonnée et aux loisirs.
* Race chevaline disparue pour les races éteintes ou fusionnées dans une autre. La cause principale de disparition d'une race est l'interrompuption de l'élevage faute de demande, c'est le cas de nombreuses races de chevaux de trait suite à l'arrivée du tracteur.
* Cheval sauvage pour les populations équines retournée à l'état sauvage, qui ont peu ou pas de contacts avec l'homme.
* Type de cheval pour les registres particulier regroupant des chevaux sur d'autres critères que leur morphologie et leur origine géographique. Ces registres ne constituent pas des races. C'est le cas du Palomino et du Pinto qui enregistrent des chevaux selon leur couleur de robe, de l'Autre que pur sang qui enregistre des chevaux de course n'appartenant pas à la race du Pur-sang anglais, ou du Zangersheide qui enregistre des chevaux selon leurs performances sportives en Saut d'obstacles.

La classification des races chevalines fait débat car d'autres critères peuvent être pris en compte. Certains poneys comme le Shetland présentent les attributs du nanisme (Une grosse tête, des membres courts, un gros tour de taille...), mais d'autres ressemblent à des chevaux en miniatures, comme le Falabella. Certaines races de chevaux autochtones, comme le Mérens, le Fjord et le Haflinger, sont parfois classés cheval de selle, parfois classés poneys, parfois même cheval de trait. Le refus de la classification poney peut venir des éleveurs eux-mêmes, c'est le cas des chevaux Camarguais et Islandais. La classification des chevaux est donc sujette à plusieurs critères et particulièrement problématique pour des races dont la taille moyenne ou l'utilisation sont « à cheval » entre deux types.

La famille des équidés dont fait partie le cheval comprend également les ânes et les zèbres, animaux qui ne font pas partie de cet article.
Articles connexes : Liste des races asines et Zèbre.

Ancêtres et évolution des races chevalines

Plusieurs hypothèses s'affrontent à propos de l'origine du cheval domestique et de ses multiples races. Au Pléistocène il y a 1 million d'années, on pouvait différencier quatre grands types de chevaux sauvages[1] :

* Le Tarpan, un petit animal robuste qui eut pour descendants les poneys celtes puis les Poneys gallois, Exmoors et Fells entre autres.
* Le cheval norvégien, un animal lourd des régions subalpines qui aurait eu pour descendants le poney Fjord et le Noriker.
* Un cheval d'Asie centrale qui aurait eu pour descendants le Sorraia, le Karabakh et les chevaux Turkmènes comme l'Akhal-Teke.
* Un poney d'Asie occidentale à la morphologie de cheval miniature, qui aurait donné le poney Caspien et le cheval Arabe.

Des croisements ont eu lieu et chaque région a sélectionné une race à son usage. Le cheval étant souvent utilisé à la guerre, de nombreux individus ont voyagé et ont fait circuler les gènes, façonnant petit à petit les équidés que l'on connaît aujourd'hui. Le cheval était absent du continent américain jusqu'à l'arrivée des conquistadors espagnols au XVe siècle.


D'apres : http://fr.wikipedia.org/wiki/Race_%28cheval%29

read more

mercredi 2 décembre 2009

drôle d'animaux

mercredi 2 décembre 2009
0 commentaires
video


video


video


video


D'après : http://lesanimauxnosamis.blogspot.com/

read more

English cocker spaniel

1 commentaires





Suite a La demande de Notre ami CAROLE j'ai ajouter cet article , j'espère que ca va vous plaire , MERCI CAROLE


En réalité, il s'appelle "English cocker spaniel".

Il nous vient donc d'Angleterre, issu de la sélection de divers spaniels, des chiens de chasse mentionnés pour la première fois au XIV e siècle, dans le " livre de la chasse " de Gaston Phébus.

En France, il pointe son museau dès 1885 grâce à Paul Gaillard qui importa d'excellents chiens d'Angleterre, huit ans avant que la race ne soit officiellement reconnue par le Kennel club britannique.


Mais d'où vient son nom ? L'hypothèse la plus courante nous vient de la bécasse (woodcock en anglais) et spaniel, du vieux français " espagnir " qui signifie " se coucher "

Mais peut-être peut-on plus simplement rapprocher son nom de l'action de chasse "to cock" signifiant "armer un fusil". Car il faut bien dire que le petit spaniel chasse tout aussi bien la plume que le poil.

Ses qualités de chasseur ne sont plus à démontrer car, par sa petite taille, il peut passer n'importe où. C'est un broussailleur parfait qui va volontiers à l'eau. Il est capable de débusquer du gibier là où d'autres chiens n'ont rien trouvé. Doté d'une grande finesse d'odorat, il bat le terrain à 10 ou 15 mètres du chasseur.


Il accomplit des tours de force pour déloger un gibier coureur ou le rapporter à son maître. Futé comme tout, il est capable de trouver les meilleures astuces pour tromper le gibier et l'obliger à s'envoler. Il ne marque l'arrêt que quelques secondes et sonne l'alarme dès que le gibier apparaît.

De chien de chasse, il va devenir également un chien de compagnie, plein de charme, gai et vif . Peu de chiens sont plus agréables, plus affectueux, plus familiers que le cocker, au point de devenir le chien préféré des Français dans les années soixante dix.


Mais pour l'amateur, le cocker, c'est surtout une tête. On connaît bien les "yeux de cocker" capables de faire fondre même le coeur le plus insensible. Un mélange de douceur, de mélancolie et de malice. Le cocker sait en jouer.

La robe du cocker est constituée d'un poil plat et soyeux mi-long. Elle forme d'abondantes franges sur les oreilles, sous le corps et au niveau des membres antérieurs. Chez ce petit spaniel, la panoplie est large, toutes les robes sont admises.


On trouve tout d'abord les robes : unicolores, sans blanc : noir, golden, noir et feu et pluricolores, avec du blanc bleu rouan (noir et blanc mélangés), noir et blanc particolore (noir et blanc bien distincts), tricolore (comme le bleu et le noir et blanc avec des tâches feu), blanc et marron, blanc et orange .

Taille : Mâle : de 39 cm à 41 cm Femelle : de 38 cm à 39 cm. Poids : 12 à 14,5 kg.

Un chien de bon caractère est aussi un chien qui s'éduque facilement. Il est bien rare qu'un cocker anglais pose des problèmes à ses maîtres, sous réserve qu'ils sachent faire preuve d'un minimum d'autorité. Il doit être éduqué tout à la fois avec fermeté pour canaliser son tempérament fougueux et avec douceur pour tenir compte de sa gentillesse. En s'imposant dès le départ, il est facile de lui faire comprendre quelle est sa réelle place au sein de la famille. Et comme il est intelligent, les principes d'éducation qu'il aura acquis très jeune resteront bien ancrés et ne seront pas remis en cause. Qu'on se rassure, la fermeté suffit pour y parvenir. Nul besoin d'élever la voix et encore mois de lever la main ...

Le cocker ne demande qu'à apprendre ... et à faire plaisir. Les relations qu'il développe avec son maître sont très fortes, ce qui ne veut pas dire qu'il est systématiquement un pot de colle perdu dès qu'il se trouve seul un instant.


Chien polyvalent d'un volume réduit, ce qui lui permet de pouvoir parfaitement vivre en appartement, le cocker surprend par sa flexibilité. Calme à la maison et dynamique à l'extérieur, il s'adapte à tous les modes de vie. Il fait partie de ces chiens faciles à vivre.

Doté d'un excellent caractère, il s'entend parfaitement avec les enfants et avec les autres animaux . La santé fait également partie de ses points forts : le cocker spaniel est un robuste gaillard qui vit souvent jusqu'à quinze ans. Il doit être brossé au moins une fois par semaine et l'intérieur de ses oreilles doit être examiné régulièrement.

Son grand attachement fait que toute personne qui l'a eu pour compagnon et qui a été privée de sa présence, le regrette sans cesse.

Côté apparence, il se distingue par le frétillement de sa queue et la diversité des coloris que peut revêtir sa robe permet à tout un chacun de trouver le cocker idéal.



D'après : http://www.clemencey.com/cocker.html

read more